Bonjour Anthony, pourrais-tu nous présenter ton parcours professionnel :

 » J’ai obtenu un Bac STL BGB (Sciences et Technologies de Laboratoire, option Biochimie Génie Biologique) puis me suis orienté vers un BTS ANABIOTEC (promotion 2012-2014) au Lycée Biotech de Douai. La seconde année a été révélatrice pour moi, et j’ai pu observer la passion des professeurs, surtout je me suis rendu compte d’une chose, la théorie vaut mille fois la pratique. La pratique se fait par l’expérience, pas la théorie ! Mon état d’esprit a commencé à changer à ce moment-là, peut-être qu’à l’époque, mes professeurs l’avaient remarqué et je souhaite les en remercier.

Durant la préparation de mon mon BTS, j’ai réalisé un stage de formation au Centre Hospitalier de Lens, au service de microbiologie. J’ai pu apprendre les routines de laboratoire, améliorer mes compétences et en acquérir de nouvelles (esprit d’équipe, savoir-faire technique…)

J’y ai fait la connaissance de beaucoup de personnes, dont un ancien étudiant qui avait obtenu le même BTS que le mien, et qui travaillait en histologie. J’ai pu assister à ce que l’on appelle, faire de la « macro ». C’étai passionnant, j’ai appris comment observer un tissu malade à l’œil nu, savoir repérer les indices qui permettent d’évaluer si l’entièreté de la tumeur a été enlevée ou non…

À la fin de mon BTS, j’ai rapidement trouvé un emploi dans le laboratoire Pathologie Nord Unilabs de Douai, qui a fusionné par la suite à Lille. Par la suite, j’ai été muté à Lille, cette fois à l’équipe de cytologie, où j’ai travavillé sur les divers fluides. Je suis resté un an dans ce laboratoire..

En 2016, j’ai commencé à travailler dans un cabinet médical dédié à l’histologie à Verquigneul, notamment sur les tissus venant des centres hospitaliers de la ville voisine, Béthune. Je faisais toujours de la découpe de bloc de paraffine, colorations histologiques, inclusion, cytologie. Mais au lieu d’observer, je suis devenu acteur dans la macroscopie des tissus. Je manipulais une partie de nombreux tissus tout en cherchant où se trouve la tumeur, savoir identifier les zones des organes, j’ai également commencé à apprendre comment repérer les cellules de la vessie et de la peau (couche papillaire, réticulaire du derme, hypoderme, muscle etc…) J’y suis resté un an également.

J’ai ensuite été embauché dans l’entreprise où je suis toujours actuellement, IMABIOTECH. Un laboratoire prestataire de services dans la spectrométrie de masse, spécialisé en histologie. Le but de l’entreprise est d’aider les laboratoires pharmaceutiques à développer plus rapidement leurs médicaments, cela passe par plusieurs phases :

–          La phase 1, appelée aussi phase de détection de la molécule par nos instruments.

–          La phase 2, souvent avec de l’imagerie moléculaire, on reçoit des tissus (principalement de provenance animale). On va alors rechercher la molécule avec diverses techniques de détection, le MALDI, qui est une technique d’ionisation par désorption laser assistée par matrice qui permet de détecter des molécules intactes d’acides aminés, de métabolites, de médicaments, de lipides ou de protéines à partir d’une section de tissu. On peut également faire des recherches de molécules avec une technique LCMS.

–          La phase 3, est souvent la même que la phase 2, si ce n’est que l’on travaille sur tissu humain.

Ici un article du site, qui explique le fonctionnement de nos technologies

Depuis mon entrée dans cette entreprise j’ai acquis énormément d’expérience, le savoir-faire, le savoir être et le faire-savoir.

Actuellement, je suis en poste de technicien de laboratoire, je sais utiliser un grand nombre d’instruments. Je suis responsable avec une autre collègue de la tenue du laboratoire. Je m’occupe des réceptions des tissus, produits, je suis également responsable du LIMS, un logiciel qui recense tous les produits et tissus. Je suis responsable de la formation des stagiaires en cryotomie, en coloration histologique et en formation QHSE. Je sais couper et reconnaître les tissus, cellules et zones du cerveau, foie, rein, tumeur, œil, vessie, cœur, poumon, et reconnaître les organes sur une coupe entière de souris.

Je suis responsable des la gestion des DASRI et de la tenue du bâtiment. Je m’occupe également de la gestion des stocks avec 2 collègues.

Je me rends compte que ce poste me met constamment à l’épreuve et me fait dire que je peux encore et toujours progresser quelque part, j’ai acquis une grande autonomie, une très bonne organisation de mon emploi du temps, comment faire comprendre et apprendre mon métier aux stagiaires ou aux futurs employés, découvrir et me perfectionner sur l’histologie. Toujours trouver un meilleur moyen de faire telle ou telle chose, améliorer mes compétences et performances en continu.

Je cherche à devenir par la suite Technicien chef, puis manager, puis chef d’équipe. Mais chaque chose en son temps ! « 

X