Wagnonville, situé aux portes de la ville de Douai, siège de l’établissement est riche d’un très grand passé d’ensei-gnement agricole et agro alimentaire, où la formation brassicole, historiquement très ancrée, occupe encore aujourd’hui une place originale. 

L’enseignement agricole public est né le 3 octobre 1848. Le Conseil général du Nord désireux d’améliorer l’agriculture du département décide dès 1891 sous l’impulsion de l’Etat, de créer une école pratique d’agriculture. Deux commissions sont constituées par le préfet, l’une pour définir les objectifs de l’école, l’autre pour choisir le site. Vingt-trois propositions sont adressées à la préfecture, mais visites faites, Wagnonville l’emporte haut la main en raison de sa situation proche des gares et de son domaine prestigieux (le château entouré d’eau immortalisé par Corot en 1871). La propriété de « 24 ha, 27 ares et 56 centiares » est donc acquise le mercredi 1er février 1893. 

Reste à construire l’établissement agricole composé de trois types de bâtiment. La ferme de style flamand en briques. L’école et ses deux salles de cours, sa grande salle d’étude pour 60 élèves, son laboratoire, sa salle de collection, sa biblio-thèque, son « vestiaire de travail », son réfectoire, son dortoir, son infirmerie, sa buanderie, etc. Les logements du person-nel, la maison du Directeur, et les modestes habitations du « petit personnel ».Tous ces locaux bénéficient du courant élec-trique grâce à « 144 lampes à incandescence ». Le personnel se répartit en deux catégories selon qu’il est à la charge de l’État (Directeur, professeurs, vétérinaire) ou à la charge du département (économe, cuisinier, charretier, vacher, etc). 

Les élèves, recrutés par examen d’entrée, constitueront trois classes de 20, soit une par an à dater de 1894. 17 élèves étrennent le 3 novembre 1894, jour de la rentrée, cette nouvelle école qu’il reste à inaugurer. Ce qui se réalise le dimanche 19 janvier 1896 en présence d’Albert Viger (1843-1926), ministre de l’Agriculture, dont la devise était « enseigner et renseigner ». 

Wagnonville connaîtra toutes les évolutions de l’enseignement agricole, évoluant de l’école départementale d’agriculture vers le Campus actuel. Après les lois de 1983, les centres de formations publics s’organisent en EPLEFPA (Établissement Pu-blic Local d’Enseignement et de Formation professionnelle Agricole), celui de DOUAI est aujourd’hui établi sur plusieurs sites : Wagnonville bien sûr, le site historique de Douai (Lycée Biotech) mais aussi Sains-du-Nord (Lycée Charles Naveau) et Le Quesnoy (Lycée des 3 chênes), regroupant désormais 3 lycées, un centre de formation pour adultes (qui exerce égale-ment ses activités à RAISMES), une unité de formation par apprentissage du CFA régional public et trois exploitations agri-coles. 

Avec plus de deux mille apprenants (lycéens, étudiants, stagiaires adultes, apprentis), du CAP jusqu’à bac +3, dans les métiers allant de la production agricole aux services, en passant par les sciences de laboratoires, le commerce, l’agroalimentaire, l’eau, la protection de l’environnement, le paysage… c’est un véritable campus des métiersdes territoires et du vivant, profondément ancré dans le département du Nord.

Télécharger la News letter N°1

X